Fusion, acquisition, création, reprise...
Voici un petit lexique de termes qui vous permettront de mieux comprendre le langage un peu abscons et abstrus de vos partenaires financiers.

  A comme Abondement

  • Abondement 
    Lorsque des salariés achètent des actions de leur propre société, l’abondement correspond au versement complémentaire versé par la société.
  • ABSA 
    Action à Bons de souscription d’Actions.
    Produit structuré permettant à l’actionnaire d’acheter, pendant une période donnée, une action, à un prix fixé à l’avance.
    Sert souvent à motiver le Management lors d’une opération de LBO en posant comme condition d’exercice du bon de souscription, l’atteinte des objectifs fixés.
  • Accord de confidentialité 
    Garantie de secret a laquelle l’acheteur potentiel s’engage pour protéger les informations fournies lors de l’étude du dossier.
  • Acquisition 
    Opération par laquelle une société rachète ou prend le contrôle d’une autre société.
  • Actif circulant 
    Ensemble des éléments du bilan destinés à être immobilisés dans l’entreprise moins d’un an.
    Les principaux postes sont les stocks, créances clients, valeurs mobilières de placement et les disponibilités.
  • Actif immobilisé 
    Par opposition à l’actif circulant, l’actif immobilisé représente les emplois à moyen et long terme de l’entreprise.
  • Actions à dividende prioritaire 
    Actions qui contrairement aux actions ordinaires n’ont pas de droit de vote.
    En contrepartie, elles permettent à son détenteur de recevoir un dividende prioritaire sur le résultat distribué par la société, qui est souvent supérieur à celui perçu par les actions ordinaires.
    Elles sont souvent utilisées lors des opérations de fusions-acquisitions pour stabiliser le pouvoir. Elles ne peuvent en volume dépasser 25% du capital social de la société.
  • Actions gratuites 
    Actions émises et données gratuitement aux anciens actionnaires à la suite d’une augmentation de capital par incorporation de réserves.
    Elles sont gratuites car l’augmentation de capital n’a en réalité aucunement changé la valorisation de la société. L’opération consiste uniquement à faire remonter le poste « Réserves » au poste « capital social ».
  • Affacturage 
    L’affacturage est l’opération qui consiste à transférer une ou plusieurs créances d’une entreprise vers une société d’affacturage moyennant le paiement d’une commission d’affacturage.
    Cette opération permet à l’entreprise d’obtenir des liquidités et de transférer le risque d’insolvabilité du débiteur sur la société d’affacturage.
  • AGE 
    Assemblée Générale Extraordinaire.
    Assemblée des actionnaires qui se réunissent sur ordre du conseil d’administration pour prendre une décision sur une opération modifiant les statuts (augmentation de capital, Introduction en bourse, émission d’un emprunt obligataire, transfert du siège, etc.).
  • AGO 
    Assemblée Générale Ordinaire.
    Réunion annuelle des actionnaires pour l’approbation des différents éléments de l’exercice écoulé (distribution des dividendes, approbation des comptes, élection ou reconduction du conseil d’administration, etc.).
  • ANC 
    Actif Net Comptable. Méthode d’évaluation financière d’une société.
    ANC = Actif - Dettes
  • ANCC 
    Actif Net Comptable Corrigé. Autre méthode d’évaluation de société.
    ANCC = ANC - Actif fictif
  • Appel de fonds 
    Egalement appelé « call letter ».
    Il s’agit de la demande aux actionnaires de la libération du capital social souscrit antérieurement (la libération du capital de certaines sociétés pouvant en effet être échelonnée).
  • Autocontrôle 
    Capacité pour une société (cotée notamment) d’assurer son propre contrôle par l’intermédiare de sociétés dont elle détient le capital en partie ou en totalité.

  B comme Banques d’affaires

  • Banques d’affaires 
    Banques ayant pour principales activités la prise de participation dans des sociétés et le conseil en opérations financières de haut de bilan (fusions-acquisitions, Introduction en bourse, levée de fonds, etc.).
  • BFR 
    Besoin en Fonds de Roulement.
    Différence entre les actifs et les passifs d’exploitation d’une société. Ils représentent dans la plupart des cas un besoin de financement auquel l’entreprise doit faire face.
    En revanche dans certains secteurs comme la grande distribution, il correspond à une ressource financière. On parle alors de Ressource en Fonds de Roulement.
  • BIMBO 
    Buy-In Management Buy-Out.
    Opération de rachat d’une entreprise avec effet de levier impliquant une équipe de repreneurs composée du management en place dans la cible et de dirigeants extérieurs.
  • Bloc de contrôle 
    Désigne un certain nombre d’actions permettant de contrôler une entreprise, qu’il s’agisse d’une minorité de blocage ou d’un contrôle majoritaire.
  • Bloc de titres 
    Correspond au pourcentage du capital qu’un investisseur souhaite acquérir et le prix qui en découle.
    La valeur du bloc dépend du pourcentage acquis : elle est proportionnelle à la valorisation globale de la société, puis on applique une décote ou une sur cote, selon que l’acquisition du bloc offre une place d’associé minoritaire ou majoritaire.
  • Boni de liquidation 
    Il s’agit de la valeur excédentaire à la suite de la liquidation de tous les actifs d’une société et après remboursement des dettes.
    Le boni de liquidation est dans les faits assez rare. S’il existe, il revient aux actionnaires.
  • Break-up fees 
    Indemnité de rupture de contrat. Apparaît essentiellement avec les capitaux risqueurs.
    Si le vendeur décide de ne plus céder ses parts, les frais d’audit, de conseil divers,... seront à la charge du vendeur.
  • Build up 
    Opérations de croissance externe, acquisitions dans le même secteur d’activité.
  • Business Model 
    Document présentant la répartition de l’activité de l’entreprise et notamment l’origine des revenus de la société.
  • Business Plan 
    Document confidentiel présentant le « plan d’affaires » global d’une société .
    Il décrit l’environnement (concurrents directs et indirects, etc.), le plan de développement à moyen terme (Chiffre d’affaires, charges, résultats), l’organigramme, le profil de l’équipe dirigeante, etc.
    C’est un document important dans une opération de Fusion-Acquisition, et indispensable lors d’une levée de fonds.
  • Business-Angel 
    Littéralement, « investisseur providentiel », qui investit dans de jeunes entreprises à fort potentiel dans l’optique de réaliser une plus-value à moyen terme.
    Il s’agit d’une personne physique, souvent d’un chef d’entreprise, qui met sa capacité d’investissement et son expérience des affaires au service de la société dans laquelle il investit.

  C comme Capacité d’autofinancement

  • CAF
    Capacité d’autofinancement. Correspond à l’excédent monétaire dégagé par l’exploitation d’une société pendant une certaine période. Elle se calcule généralement pour chaque exercice de l’entreprise.
    CAF = Résultat Net + Dotation aux Amortissements et Provisions.
    La CAF indique la capacité qu’a l’entreprise à financer elle même sa croissance.
  • Capital d’amorçage 
    Préalablement au capital risque, c’est un apport en capital pour des entreprises en démarrage, le plus souvent fait par des business angels.
  • Capital risque 
    Investissement en fonds propres dans une société non cotée, en aval du capital d’amorçage.
  • Capital social
    Il s’agit de l’ensemble des apports (en numéraire, industrie et nature) effectué par les actionnaires au moment de la création ou de l’augmentation de capital d’une société.
    Au bilan, il apparaît comme le produit du nombre d’actions par leur valeur nominale.
  • Capitalisation boursière
    Il s’agit de la valorisation d’une société à partir de son cours boursier.
    La capitalisation est égale au nombre d’actions constituant le capital social d’une société cotée multiplié par son cours de bourse.
  • Capitaux permanents
    Il s’agit des capitaux restant à la disposition de l’entreprise à moyen et long terme.
    Capitaux permanents = capitaux propres + dettes à moyen et long terme.
  • Capitaux propres
    Ce sont les capitaux accumulés par l’entreprise elle même et restant à sa disposition à moyen et long terme.
    Les dettes à moyen et long terme sont ne sont pas comptabilisées dans les capitaux propres. La majorité des capitaux propres est généralement constituée par le capital social, les réserves et les subventions d’investissement.
  • Cash flow 
    Capacité d’autofinancement - variation de BFR.
  • Cédant / cessionnaire 
    Dans une opération de rapprochement, le cédant est la société qui vend ses titres, par oppostion au cessionnaire qui correspond à l’acquéreur.
  • Chevalier Blanc 
    Il s’agit d’un moyen de défense de la cible pour contrer une OPA, OPE, ou toute autre offre hostile.
    C’est un allié, une « société amie » que va rechercher la cible pour faire échouer l’offre du « raider » (société à l’origine de l’offre publique).
  • Cible 
    C’est la société visée lors d’une opération de croissance externe.
    La cible peut-être potentielle ou déclarée (si l’on sait qu’elle cherche à être rachetée).
  • Closing
    Lors d’une opération de croissance externe, désigne la date à laquelle la fusion ou l’acquisition prend effectivement effet.
  • Corporate venture
    Fonds créés par des industriels pour à investir dans un portefeuille d’entreprises nouvelles à fort potentiel.
  • Coût de la dette nette 
    S’obtient en multipliant la proportion de la dette dans les capitaux permanents par le taux d’intérêt (net d’impôts) de la dette (taux éxigé par l’établissement prêteur).
  • Coût des fonds propres
    S’obtient en multipliant la proportion des fonds propres dans les capitaux permanents (fonds propres + dette) par la rentabilité exigée par les actionnaires.
  • Coût moyen pondéré du capital
    Egalement appelé « cost capital ».
    Il s’obtient en calculant la moyenne pondérée du coût des fonds propres et du coût de la dette nette.
  • Covenant bancaire
    Clause d’un contrat de prêt qui en cas de non-respect des objectifs peut entraîner le remboursement anticipé du prêt.
    Le covenant bancaire dans le cadre d’une opération à effet de levier de type LBO, se traduit par l’introduction de la part du prêteur, de clauses de respect de ratios financiers afin de réduire le risque d’insovabilité de l’emprunteur.
    Le ratio le plus connu est le ratio frais financiers sur résultat d’exploitation.
    Le covenant permet donc au prêteur d’exiger le remboursement anticipé des prêts dans la mesure où les prévisions financières de l’entreprise ne sont pas tenues et dans la mesure où la structure financière de l’emprunteur se dégrade (non respect de ratios).
  • Cross border
    Se dit d’une opération de rapprochement entre deux structures de pays différents.

  D comme Délai de récupération

  • Data room 
    Salle (cabinet d’avocat par exemple) dans laquelle sont disposés les documents d’information sur une société à vendre.
    Les acheteurs potentiels peuvent venir les consulter sous certaines conditions.
  • Délai de récupération
    Egalement appelé Pay Back.
    C’est le délai à partir duquel les cash-flows engendrés par un investissement égalisent l’investissement initial. C’est en fait le délai à partir duquel l’investisseur récupère sa mise de départ.
  • Dépôt de bilan Il s’agit de la déclaration de cessation de paiement par une société débitrice auprès du Tribunal de Commerce.
  • Désinvestissement Il s’agit d’une cession d’actifs corporels ou financiers réalisée par une entreprise dans l’optique d’une réallocation de ses actifs (nouveaux investissements, retour sur son cœur de métiers, etc.) ou d’un désendettement.
  • Dette junior Dans la structure de financement d’un LBO, désigne la partie de la dette apportée par un tiers ou une société financière et qui ne se rembourse qu’après la dette senior.
    Cette dette, également appelée la « dette mezzanine » est mieux rémunérée que la dette senior.
    La dette junior apparaît souvent lorsque les fonds propres de la société sont insuffisants et ne lui permettent pas d’obtenir un emprunt suffisant auprès des établissement bancaires pour couvrir le rachat total de la société.
  • Dette senior
    Lors d’une opération de LBO, désigne la dette de la société envers les établissements bancaires.
    Il s’agit de la dette classique de la société. Son nom provient du fait qu’elle doit être remboursée avant la dette junior.
  • Dettes
    Les dettes sont une somme dûe par un débiteur à son créancier.
  • Downside / upside
    Le downside est le risque à la baisse, l’upside est le potentiel de hausse.
  • Due Diligence
    Audit juridique, financier, social et organisationnel complet d’une société cible.
    Cet audit est en général assurer par un grand cabinet indépendant et il précède la négociation finale avec la cible.
    Le Due Diligence va permettre de confirmer ou d’infirmer la lettre d’intention, et le cas échéant, d’affiner l’évaluation de la cible

  E comme Effet de levier

 

  • Earn-out
    La clause d’earn-out est une clause d’ajustement de prix qui consiste à indexer tout ou partie du prix de cession d’une entreprise sur ses performances futures.
    Il en résulte que le prix de cession définitif de la société est inconnu. Seule la partie payée comptant est fixée, et constitue ainsi un prix plancher. La partie variable est fixée par avance selon des critères objectifs : chiffres d’affaires, marge nette, etc.
    Cette clause intervient notammant lors des opérations de LBO.
  • EBIT
    Earning before interest and taxes.
    Bénéfice d’exploitation avant frais financiers et impot sur les sociétés.
  • EBITDA
    Eearning before interest taxes amortisation and depreciation.
    Bénéfice d’exploitation avant frais financiers, impot sur les sociétés amortissements et provisions.
  • Effet ciseau
    L’effet ciseau résulte de l’évolution différente voire divergente, des produits et des charges.
    Il explique dès lors la variation du résultat.
  • Effet de levier
    Il y a effet de levier lorsque le rentabilité économique d’une entreprise est supérieure au coût de sa dette.
  • Employee Share Ownership Plan (Esop)
    Plan d’actionnariat des salariés.
  • Equity 
    Investissements en fonds propres.
    L’equity est l’une des trois composantes d’une structure financière, avec la mezzanine et les loans. L’equity représente la valeur des actions/parts sociales d’une société par opposition à l’entreprise value qui est égale à l’equity value plus ses dettes.
  • Equity kicker
    Ensemble des techniques permettant d’avoir accès au capital.
    Utilisé par les prêteurs en mezzanine sous la forme de Bons de Souscription, options de rachat d’actions, ou de conversion d’obligations en actions.
  • Equity Value
    Valorisation globale d’une société.
    Correspond à la valeur payée pour l’acquisition de 100% des titres de la société reprise.

  F comme Free cash flow

  • Factor
    Société spécialisée achetant des créances (poste client du bilan notamment) à des entreprises ayant besoin de liquidités moyennant une commission.
    C’est une opération d’affacturage.
  • Fair Value
    Valeur probable de négociation.
    Correspond souvent à une fourchette de prix, permettant d’entamer les négociations avec les dirigeants de la cible.
  • Fairness opinion
    « Attestation d’équité » donné ou non par une banque qui va établir le juste prix des titres sociaux dans le cas d’une OPA/OPE.
  • FCPI
    Fonds Communs de Placements dans l’Innovation.
    Ces fonds crées en 1997 doivent investir au moins 60% de leurs actifs dans des sociétés françaises innovantes (c’est-à-dire consacrant une part importante de leur chiffre d’affaires à la Recherche & Développement ou ayant obtenu le label de l’ANVAR).
  • FCPR
    Fonds Communs de Placements à risque.
    Crées par la loi du 3 Janvier 1983, ces fonds doivent investir au minimum 40% de leurs actifs dans des sociétés non cotées.
    Les plus-values sont éxoérées d’impôt si le souscripteur conserve ses parts pendant au moins 5 ans.
  • Free cash flow
    Cash flow disponible apres financement de la croissance (investissements et variation du BFR).
  • Front-fees
    Rémunération perçue par l’intermédiaire financier au moment de la signature du mandat avec son client.
  • Fusion-absorption
    Opération de fusion ou d’acquisition à l’issue de laquelle une seule société conserve une personnalité juridique, l’autre société étant juridiquement dissoute après l’opération.

  G comme Golden Parachute

  • Garantie
    Engagement pris par un tiers d’assumer le responsabilité et les conséquences de certains actes, si le co-contractant ne peut les assumer.
  • Garantie de cours
    Lorsque des actionnaires franchissent le seuil de 50% du capital d’une société, ils sont contraints de garantir le cours : ils doivent racheter toutes les actions présentées par les minoritaires au cours auquel a été réalisé l’échange du bloc de contrôle.
  • Garantie de passif
    Lors d’une opération de Fusion-Acquisition, elle permet à l’acquéreur de se protéger de toute augmentation de passif ultérieure à l’acquisition et dont la cause serait antérieure à l’opération (contrôle fiscal après l’opération impliquant des sanctions financières, apparition d’une dette, etc.).
  • Golden Parachute
    Prime (parachute doré) versée aux dirigeants (en titres ou en cash) lors d’un départ prématuré et non souhaité, souvent à l’issue d’une offre publique hostile.
  • Goodwil
    Correspond au différentiel de rentabilité du capital investi par rapport à une rentabilité normative des actifs engagés.
    C’est une « prime de savoir-faire » de l’entreprise.
  • Gouvernement d’entreprise
    « Corporate governance ».
    Système de relation existant dans l’entreprise entre l’équipe dirigeante et les actionnaires.

  H comme Holding

  • Hands-on / Hands-off
    Se dit de la manière dont les investissements sont suivis.
    L’approche hands on requiert un contrôle et une présence plus active dans l’entreprise par rapport au Hands off, qui caractérise à l’extrême une position de sleeping partner.
  • Haut de bilan
    Désigne l’ensemble des postes comptables correspondant au financement à long terme des sociétés (capital social, dettes financières à long terme, etc.).
    Par extension, la finance de haut de bilan, désigne dans la banque d’investissement l’ensemble des activités financières liées au financement à long terme des entreprises (augmentation de capital, introduction en bourse, levée de fonds, etc.).
    Le terme est issu de la présentation réelle du bilan qui fait apparaître en haut du passif, les ressources à long terme de l’entreprise (capital social, réserves, emprunts, etc.).
  • Holding
    Société ayant pour vocation de regrouper des actionnaires qui souhaitent acquérir une influence significative dans les diverses sociétés détenues. _ La création d’une Holding permet aux majoritaires d’accroître leur pouvoir dans les affaires gérées.
    Via des participations financières, la holding gère et contrôle des sociétés ayant des intérêts communs. Elle est souvent qualifiée de « société consolidante » dans la mesure où elle se contente de faire remonter dans son bilan les différents postes-comptables de ses participations.
  • Hors bilan
    Un engagement hors-bilan est une transaction que l’entreprise n’est pas obligée d’inscrire à son bilan.
    Ces engagements permettent de préserver la capacité d’endettement de l’entreprise (puisqu’ils ne sont pas comptabilisés) mais ils sont risqués dans la mesure où ils sont cachés (n’apparaissant pas au bilan) aux actionnaires.
  • Hurdle rate
    Taux d’intérêt au-dessus duquel les investisseurs estiment que les managers de la société de gestion doivent recevoir une partie de la plus value.
    Le taux est généralement fixe et fait implicitement référence à une rémunération sans risque. Actuellement autour de 8% l’an.

  I comme Introduction en Bourse

  • Incorporation de réserves
    Augmentation de capital réalisée par la simple remontée du poste « réserves » vers le poste « capital social ».
    Ainsi, la valorisation de la société n’est pas modifiée.
    L’augmentation de capital se fait généralement soit par l’augmentation du nominal des anciennes actions, soit par l’emission « d’actions gratuites » distribuées aux anciens actionnaires.
  • Ingénierie financière
    Il s’agit du développement et de la mise en place de techniques financières et juridiques spécifiques à la résolution d’un problème financier (transmission d’entreprises, fusions-acquisitions, etc.).
  • Initial Public Offering (IPO)
    Introduction en Bourse d’une société sous forme d’offre publique.
  • Institutionnal Buy Out (IBO)
    Rachat d’une société par un fonds d’investissement (société de capital risque, FCP, ?) avec ou sans la participation du management en place dans la société reprise.
  • Investissements directs
    Engagements de capitaux à l’étranger dans le but de réaliser une activité durable (joint-venture, acquisitions de sociétés étrangères, etc.).
  • Investissements indirects
    Investissements dans des titres de société, réalisés dans l’optique d’une plus-value future. Ces investissements sont également appelés « investissements financiers » ou « investissements en portefeuille ».
  • Investisseur institutionnel
    Société de gestion d’actifs par exemple, par opposition aux investisseurs privés, personnes physiques.
  • Investment Banking
    Désigne le sectuer de la banque d’investissement au sens large : conseils en M&A, levée de fonds, private equity, introduction en bourse, etc.
  • ITM
    Introducteur Teneur de Marché.
    Société financière chargée de placer les titres et d’assurer la tenue du marché lors de l’introduction en bourse d’une société.

  J comme Jour de liquidation

  • Jour de liquidation (Account day)
    Jour pendant lequel toutes les opérations effectuées pendant le mois écoulé (ou l’account au Royaume-Uni) doivent être réglées.
  • Junk bond
    Littéralement, obligation « pourrie ».
    Les junk bonds sont des obligations émises par des sociétés ayant une faible notation. Le niveau de risque étant plus élevé, ces obligations sont mieux rémunérés que les obligations classiques.

  K comme Key man insurance

  • Key man insurance
    Assurance homme clef souscrite par l’entreprise sur la tête des dirigeants au profit des prêteurs.
    Se trouve généralement dans les dossiers de LBO.

  L comme Lettre d’intention

  • Lettre d’intention
    Egalement appelée LOI (letter of intent).
    Lettre formalisant la volonté du « raideur » d’acquérir la société cible : cette lettre précise notamment le pourcentage de capital que souhaite acquérir le « raideur » et une esquisse de modalités de paiement.
  • Lettre d’allotissement
    Dans le cadre d’une augmentation de capital de société cotée, c’est la lettre envoyée aux anciens actionnaires pour les informer de leurs droits (possibilité de souscrire à l’augmentation, vente des bons de souscription, etc.).
  • Leverage Build Up (LBU)
    Opération de LBO, suivie d’une ou plusieurs fusions-acquisitions financées avec un effet de levier bancaire (rentabilité économique du nouvel ensemble supérieure au coût de l’emprunt réalisé).
  • Leverage Buy Out (LBO)
    Désigne toute opération de rachat d’une entreprise avec effet de levier bancaire (impliquant un emprunt bancaire lors du rachat).
  • Leverage Management Buy In (LMBI)
    Rachat d’une entreprise avec effet de levier par une équipe de management extérieure à l’équipe dirigeante en place.
  • Leverage Management Buy Out (LMBO)
    Rachat d’une entreprise impliquant financièrement l’équipe de management en place. Variante d’un Rachat de l’Entreprise par ses Salariés (RES).

  M comme Marge brute

  • M&A
    Mergers and Acquisitions.
    Expression générique désignant les opérations de fusions et acquisitions et toute l’activité d’intermédiation qui en découle.
  • Mandat 
    Contrat qui lie une banque d’affaires et son client dans le cadre d’une opération de Fusion-Acquisition.
    Ce contrat précise le mode de rémunération de la banque d’affaires (« front fees » et « success fees »), le caractère exclusif ou non du mandat, sa durée, etc.
  • Marge brute
    Rapport entre l’excédent brut d’exploitation et le chiffre d’affaires hors taxes d’une entreprise.
    Permet de mesurer la capacité de rentabilité de l’exploitation courante de l’entreprise car l’EBE ne tient pas compte des résultats financiers et exceptionnels de l’entreprise.
    La marge brute est souvent utilisée dans les Fusions-Acquisitions pour comparer des entreprises.
  • Marge nette
    Rapport entre le résultat net d’une entreprise et son chiffre d’affaires hors taxes. C’est un indicateur de rentabilité souvent utilisé dans les Fusions-Acquisitions pour comparer des entreprises qui évoluent dans le même secteur.
  • Mémorandum de vente
    Dans une opération de Fusion-Acquisition, il s’agit du document décrivant l’activité, l’organisation, le potentiel et les principaux résultats de l’entreprise qui souhaite être rachetée.
  • Mezzanine debt
    Lors d’une opération de LBO, c’est la dette qui s’ajoute à la dette bancaire classique (appelée alors dette senior).
    Il s’agit du troisième financement, s’ajoutant aux fonds propres et à l’emprunt classique, qu’on appelle financement Mezzanine (ou dette juniore) : le remboursement de cette dette est subordonnée au remboursement de la dette senior et bénéficie donc d’une rémunération nettement supérieure à l’emprunt classique.
    Le « prêteur mezzanine » peut rentrer à terme dans le capital de la société visée par le LBO en émettent des OBSA ou des Obligations Convertibles.
  • Mid cap
    Se dit d’une société relevant du middle market.
  • Mid market (middle market)
    PMI ou PME

  N comme Noyau dur d’actionnaires

  • NDA
    Non disclosure agreement, voir Accord de confidentialité.
  • Négociation de blocs 
    Négociation entre investisseurs potentiels et / ou actionnaires pour acquérir une part importante des titres d’une société.
    Les négociations portent essentiellement sur la décote ou la surcote à appliquer au bloc d’actions.
  • Noyau dur d’actionnaires
    Méthode utilisée notamment en France lors des vagues de privatisations, qui consiste à transmettre une partie du capital de l’entreprise privatisée à des sociétés « amies »adin de pouvoir de protéger et contrer une attaque hostile (OPA, OPE, etc.).

  O comme Offre Publique

  • Obligation
    Titre de créance émis par par une société rémunéré annuellement à un taux fixé à l’avance.
    Ce titre ne représente pas une part du capital de la société mais une créance que l’émetteur s’engage à rembourser.
  • OBSA
    Obligations à Bons de Souscription d’Actions.
    Ce produit structuré permet au souscripteur de l’emprunt obligataire d’acheter des actions de la société ayant émis l’emprunt, pendant une période donnée et à un prix fixé d’avance.
    Ce système permet à un investisseur de passer du statut d’obligataire à celui d’actionnaire.
  • OC
    Obligations convertibles en Actions.
  • Offre à prix ferme
    Procédure d’introduction en bourse qui consiste à fixer le prix de vente des actions, toutes les actions seront vendues à ce prix, et la demande des acheteurs sera réduite si elle est trop importante par rapport à l’offre.
  • Offre à prix minimal
    Contrairement à la procédure d’offre à prix ferme, l’offre à prix minimal consiste à proposer un prix plancher pour le titre.
    Lors de la fermeture du carnet d’ordres, le prix final sera celui qui permet d’écouler les titres mis en vente au cours le plus élevé.
  • Offre à prix ouvert
    Dans cette procédure d’introduction en bourse, la méthode consiste à proposer une fourchette de prix pour le titre mis en vente.
    Les investisseurs passent leurs ordres dans cette fourchette ce qui offre une plus grande flexibilité.
  • Offre Publique
    Procédure boursière formalisant l’engagement irrévocable d’un initiateur (également appelé « prédateur » ou « raideur ») d’acquérir la pleine propriété des titres cotés d’une société cible.
    Permet l’acquisition du flottant et du reste du capital d’une société en cas de réussite, ou qu’une petite partie en cas d’échec.
  • OPA
    Offre Publique d’Achat.
    Désigne la procédure d’offre publique au cours de laquelle le rachat des titres de la cible s’effectue en cash.
  • OPE
    Offre Publique d’Echange.
    Procédure d’offre publique au cours de laquelle l’initiateur propose d’acquérir les titres de la cible par échange de titres entre sa société et celle de la cible.
    La transaction peut se réaliser en totalité par échange de titres, ou pour partie en titres et pour partie en cash.
  • Open bid
    Vente d’une entreprise organisée par une banque conseil comme une vente aux enchères privées, les acheteurs étant soigneusement sélectionnés et la procédure strictement défini.

  P comme Politique de dividende

  • Pacte d’actionnaires
    Document complémentaire aux statuts de la société permettant aux actionnaires ou à certains d’entre eux d’organiser leurs relations au sein de la société (conditions de sortie, clauses de protection, etc.).
    Il a l’avantage d’être confidentiel alors que les statuts sont accessibles à tous, il peut par ailleurs ne concerner qu’une partie des actionnaires.
  • PBR
    Price to Book ratio.
    Rapport entre la valorisation boursière d’une société et son chiffres d’affaires.
    Il est à comparer avec le PSR sectoriel.
  • PER
    Price Earning Ratio.
    Rapport entre le cours d’une action et le bénéfice par action (ou entre la valorisation boursière d’ une société et son résultat net).
    C’est un outil d’évaluation d’un titre lorsqu’on le compare au PER sectoriel.
  • PIPES 
    Acronyme de « Private Investment in Public Entities ».
    Se dit lorsqu’une société de capital risque investit dans une société cotée sur les marchés financiers mais dans laquelle l’Etat est encore présent.
  • Point mort
    Correspond au niveau de chiffre d’affaires pour lequel une entreprise ne réalise ni bénéfice, ni perte nette.
    Au dessus de ce point, la société dégage un bénéfice. Le point mort est égal au ratio coûts fixes sur taux de marge sur coûts variables.
  • Poison pill
    Méthode de défense préventive anti-OPA.
    Le poison pill consite par exemple prévoir à l’avance la vente d’un actif essentiel au cas où une OPA éclaterait, à autoriser la conversion d’obligations en actions pour augmenter la valeur de la cible et dissuader le raideur, à attribuer des « golden parachute » importants aux dirigeants de la cible en cas de licenciement que devraient payer l’attaquant si il prend le contrôle de la société, etc.
  • Politique de dividende
    Politique de distribution des bénéfices menée par une entreprise.
    Elle se mesure par le payout ratio (dividendes versés / bénéfice net) x 100.
    Plus le payout ratio est élevé, plus l’entreprise distribue des dividendes à ses actionnaires. Moins il est élévé, plus l’entreprise met en réserve ses bénéfices.
  • Pré-closing
    Echange entre les futurs actionnaires les vendeurs et les intermédiaires financiers de la documentation juridique qui sera signée lors du closing.
  • Prime de fusion
    Prime égale à la différence entre l’augmentation de capital de la société absorbante et l’apport de la société rachetée.
  • Prime d’émission
    Dans le cadre d’une augmentation de capital, c’est la différence entre la valeur de souscription (valorisation de la société) et la valeur nominale du capital.
    La prime d’émission fait partie des capitaux propres d’une entreprise.
  • Private Equity
    Terme général désignant les acquisitions ou les prises de participation dans des sociétés non cotées par des fonds d’investissement, sociétés de capital risque.
  • Public to private
    Une opération public to private consiste en une acquisition d’un bloc significatif d’actions d’entreprises de faibles capitalisations boursières sans grandes perspectives de croissance suivi par une sortie de la cote.
  • Purchase Agreement
    Document définissant l’accord de rachat entre la cible et l’acheteur.
    Ce document contient toutes les modalités du rachat pour les deux parties : échange de titres, paiement en cash à telles échéances, clauses de maintien des actionnaires dans le nouveau capital.
    Il est généralement réalisé par le cabinet d’avocats de l’acheteur.

  Q comme Quorum

  • Quasi-fonds propres
    Titres et créances s’apparentant aux capitaux propres d’une entreprise, c’est-à-dire qu’ils sont crées par l’entreprise, à sa disposition à moyen et long terme mais ce sont des titres ou créances sans droit de vote.
    Il s’agit par exemple des apports en compte-courant des associés, l’émission de titres participatifs, les actions sans droit de vote, etc.
  • Quorum
    Prévu par la loi ou spécifié dans les statuts, le quorum est le nombre de voix minimum nécessaire pour que les décisions prises lors des AGE ou AGO soient valables.
    Exemple : modification des statuts par décision des associés représentant au moins les 3/4 du capital social, décision prise à la majorité des associés présents ou représentés, etc.

  R comme Recapitalisation

  • Raideur
    Le raideur, appelé également prédateur lors d’offres hostiles, est la société qui souhaite acquérir une autre companie.
    Ce terme s’emploie le plus souvent lors d’offres publiques hostiles (OPA, OPE, etc.).
  • Ramassage
    Technique consistant à acheter progressivement les titres d’une société cotée afin de pouvoir prendre une participation significative dans cette société, sans provoquer une hausse des cours importante.
  • Rationnement du capital
    Période pendant laquelle les fonds accordés aux investissements de croissance d’une entreprise sont limités.
    On dit qu’il y a rationnement interne lorsque cette décision est prise par les dirigeantsde la société, et rationnement externe lorsque la limitation des fonds est imposée par les banques ou les partenaires financiers de l’entreprise.
  • Recapitalisation 
    Se dit dune augmentation de capital qui n’est pas destinée à lever des fonds mais à améliorer la structure financière d’une société (augmentation de capital par incorporation de réserves par exemple).
  • Réinvestissement
    Se dit d’une entreprise qui réinvestit rapidement les cash-flows intermédiaires générés par un investissement antérieur.
    Autrement dit, l’entreprise investit dans un autre projet alors que le pay-back du précédent investissement n’est pas encore atteint.
  • Rentabilité des capitaux propres
    (Résultat net / capitaux propres)*100.
  • Rentabilité des capitaux propres
    Egalement appelé ROE ou Return on Equity.
    Rapport entre le résultat net et les capitaux propres d’une entreprise. Plus il est élevé, plus il sera facile pour l’entreprise de recourir aux marchés financiers pour lever des fonds (les investisseurs auront une bonne rentabilité comparée à leur apport).
  • Rentabilité économique
    Egalement appelé ROI ou Return on Investment.
    Ce ratio, qui s’obtient en divisant le résultat net par le total des actifs ou des capitaux engagés, permet de comprer les performances d’entrepises du même secteur.
  • Réserves
    Part du résultat net qui est conservé par l’entreprise pour financer sa croissance.
    C’est en fait la part du résultat qui n’est pas distribué aux actionnaires.
  • Résultat net
    Différence entre l’ensemble des produits et des charges d’une entreprise sur un exercice.
    C’est en fait la somme de tous les résultats de l’entreprise.
    Résultat net = rés d’exploitation + rés financier + rés exceptionnel - Particiapation des salariés au résultat - impôt sur les sociétés.
  • Résultat net - intérêts minoritaires
    Dans les comptes consolidés d’un groupe, c’est la part du résultat revenant aux tiers (autres actionnaires des filiales, etc.).
  • Résultat net - part du groupe
    Dans les comptes consolidés d’un groupe, c’est la part du résultat revenant au groupe.
  • Risque d’entreprise
    Risque regroupant le risque financier et commercial d’une entreprise.
    Le risque financier est le risque pour une société de ne pas couvrir ses charges financières.
    Le risque commercial est le risque de variation des bénéfices d’une société engendrée par une évolution de son marché et de sa structure de coûts.
  • Royalty
    Redevance perçue par une personne physique ou morale et versée par la société en l’échange de l’utilisation d’un brevet, marque, etc.
    L’existence de redevance est un point important à vérifier lors d’une acquisition car elle peut « étouffer » la société payante pendant un certain temps.

  S comme Société écran

  • Secondary offering
    Vente publique sur les marchés financiers d’importants volumes d’actions déjà émises et détenues par de gros investisseurs.
    Il s’agit en fait de la vente partielle ou totale des participations d’anciens investisseurs.
    Pour écouler leur titres et attirer les acheteurs, ces investisseurs proposent souvent un prix de vente inférieur au cours boursier de l’action.
  • Seed capital
    Fonds investis par des sociétés de capital risque ou des « business-angels » dans des sociétés en phase d’amorçage.
  • Shell Company
    Littéralement « société coquille » déjà crée et prête à l’emploi mais à la recherche d’un propriétaire.
    Société intéressante pour l’acheteur lorsqu’il peut gagner du temps en évitant de créer la structure lui même et / ou que le coût d’acquisition est proche du coût qui serait généré s’il voulait créer lui-même la structure.
  • Signing
    Lors d’une opération de croissance externe, correspond à la formalisation de la volonté du prédateur de vouloir acquérir la cible selon les modalités définies dans le purchase agreement.
    Le signing intervient à l’issue du Due Diligence et vient confirmer ou infirmer la lettre d’intention.
  • Sleeping partner
    Se dit d’un investisseur passif.
  • Société écran
    Société crée dans un pays où existe le secret bancaire, qui permet au créateur de ne pas divulguer son propre nom dans une opération.
    C’est une technique d’optimisation fiscale, le créateur de la société écran pouvant réaliser des opérations sans en faire part au Fisc de son pays.
  • Société mère
    Société détenant plus de 50% du capital et / ou des droits de vote d’une autre société, qui prend alors le nom de filiale.
  • Sponsors
    Ce sont les investisseurs en fonds propres et quasi fonds propres intervenant dans une opération de LBO.
    Ils souscrivent par exemple au capital social de la Holding et / ou à la dette « mezzanine ».
  • Success-fees
    Rémunération perçue par l’intermédiaire financier mandaté pour réaliser l’opération de croissance externe, en cas de réussite de l’opération.
    Ils s’échelonnent généralement de 1% à 5% du montant total de l’opération (en fonction du montant global de la transaction).
  • Succursale
    Entreprise directement rattachée à une autre société.
    A la différence de la filiale, la succursale n’a pas une personnalité morale distincte de sa « maison-mère ». C’est une simple strucutre décentralisée.
    Par exemple, contrairement à une filiale, la maison mère et la succursale ont une comptabilité commune, établissent la même liasse fiscale, etc.
  • Survaleur
    Voir Goodwill.

  T comme Teaser

  • Taux d’actualisation
    Taux utilisé pour convertir des valeurs futures en valeurs actuelles.
    Ce taux permet ainsi d’établir une comparaison entre valeur future et actuelle. Il dépend du taux de l’argent sans risque, de l’environnement économique d’une entreprise, de son risque financier et commercial, etc.
    Dans un projet d’investissement, le taux d’actualisation retenu est le coût moyen pondéré du capital (coût moyen des fonds propres et de la dette).
  • Taux de rentabilité Interne (TRI)
    Taux qui annule la valeur actuelle nette d’un investissement.
    Il correspond donc au taux de rentabilité réel d’un investissement. Si ce taux est inférieur au coût moyen pondéré du capital d’une entreprise, l’investissement n’est pas intéressant et ne doit pas être réalisé.
  • Taux de rétention
    Pourcentage des bénéfices de l’entreprise qui est mis en réserve.
    Taux de rétention + pay-out ratio = 100% du résultat net.
  • Taux d’escompte
    Taux pratiqué par les banques commerciales pour escompter les effets de commerce des entreprises.
    Ce système permet aux entreprises de transformer des créances en liquidités.
  • Teaser
    Le teaser est une présentation rapide de votre projet.
    Il peut être utile de l’envoyer simultanément à votre business plan aux investisseurs potentiels lors de leur approche sous forme de fichier PowerPoint.
    Il pourra également vous servir lors d’une présentation en public de votre projet.
  • Titre participatif
    Titres émis sur les marchés financiers par des sociétés privées.
    Ces titres sont un mix entre actions et obligations. En effet, Ils sont rémunérés en partie par un taux fixe et pour une autre partie selon les résultats de l’entreprise.
    Ils sont donc rémunérés en même temps par des dividendes (comme une action) et par un taux fixe (comme une obligation).
  • Trésorerie nette
    Différence entre le Fonds de roulement et le Besoin en Fonds de Roulement d’une entreprise.
    C’est la montant de la « caisse »de l’entreprise. Elle se calcule également en additionnant les disponibilités et les Valeurs Mobilières de Placement de l’entreprise.

  U comme Underwriter

  • Underwriter
    Opération par laquelle un financier assure la totalité d’un besoin de financement.
    A charge pour lui de la syndiquer avec éventuellement la possibilité d’en garder une partie pour lui (prise ferme). Il peut s’agir d’un prêt, d’une augmentation de capital ou d’une introduction en Bourse.

  V comme Venture capitalist

  • Valeur actionnariale 
    Egalement appelé « shareholder value ».
    C’est la valeur crée par une entreprise pour ses actionnaires. Elle se mesure de façon retrospective (augmentation du cours sur une année) mais aussi perspective dans la mesure où elle impose des contraintes stratégiques et managériales à l’entreprise (elle est prise en compte par exemple dans le calcul du coût moyen du capital dans le cadre d’investissement).
  • Valeur Actuelle Nette (VAN)
    Il s’agit de la différence entre les cash-flows (actualisés au coût moyen du capital) générés par un investissement et le montant de initial de l’investissement.
    Elle indique en fait l’enrichissement net de l’entreprise qui découlerait de la réalisation de cet investissement.
    C’est un critère de choix d’investissement : l’entreprise pourra choisir l’investissement qui à la VAN la plus élevée.
  • Valeur comptable
    Différence entre le coût d’acquisition d’un actif (prix d’achat + frais divers) et la somme des amortissements alloués à cet actif.
  • Valeur résiduelle
    Valeur d’un investissement à la fin de la durée d’investissement.
    La valeur résiduelle correspond au prix de marché auquel l’entreprise peut espérer vendre son actif à la fin de l’investissement.
  • Venture capitalist
    Les « venture capitalist » sont les sociétés de capital risque investissant en fonds propres dans des sociétés à fort potentiel de croissance.

  W comme Window dressing

  • Window dressing
    Ensemble des techniques d’habillage du bilan.
    Elles permettent lors de la clôture de l’exercice d’une société, de présenter le bilan sous son meilleur angle.

  Z comme Z score

  • Z score
    Chiffre calculé à partir de nombreux ratios comptables et financiers et qui indique le risque de défaillance d’une société.

Vous voilà maintenant paré pour comprendre le monde des affaires financières !